Comment identifier une puce de lit ?

Les parasites suceurs de sang constituent un véritable fléau. Ces bestioles, souvent de taille minuscule, laissent des traces cutanées ainsi que des démangeaisons après leur passage. Si la punaise de lit vit exclusivement aux dépens de l’homme, la puce peut survivre en changeant d’hôte régulièrement. Souvent en masse chez les chats et les chiens, les puces peuvent aussi vivre dans les tapis, le lit et sous les planchers. Il est difficile d’exterminer les puces lorsqu’elles viennent se loger à la maison. Malgré sa petite taille, le parasite ne va pas partir facilement même après le passage de l’aspirateur. Généralement, le propriétaire devra recourir à un traitement chimique pour venir à bout de l’invasion lorsque la colonie commence à être nombreuse. Plusieurs espèces de puces existent et elles ont chacun leur hôte de prédilection même si elles arrivent à vivre du sang d’un autre animal.

Comment reconnaître une puce ?

Il est difficile de reconnaître une puce à l’œil nu. Le parasite aura simplement la forme d’un petit point noir qui disparaît comme par magie en quelques secondes. Toutefois, un examen minutieux avec un microscope nous permet d’avoir un peu plus de détails sur la morphologie de l’insecte. La puce est un hématophage, ou insecte qui se nourrit exclusivement du sang. Son corps est divisé en 3 parties bien distinctes. Il y a d’abord la tête qui regroupe les principaux organes comme les yeux, les antennes, les mandibules et les pièces buccales dotées du labre. La tête est un instrument capable de percer la peau de la victime pour extraire le fluide sanguin. À l’inverse de la punaise de lit, l’insecte ne dispose pas de substance anesthésiante pour rendre la piqûre indolore. Le thorax comporte 3 segments qui sont dotés chacun d’une paire de pattes. Les scientifiques reconnaissent une espèce spécifique en étudiant la forme des plaques pleurales. Autrement dit, les quelque 2.500 espèces de puces ont chacune des plaques uniques. Il existe des spécimens qui sont dotés de plusieurs plaques pleurales alors que d’autres sont composés uniquement d’une seule plaque. Si nous analysons une patte en détail, il est possible de retrouver 5 segments terminés par le tarse. Les pattes postérieures donnent à l’insecte la faculté de faire des bonds. En effet, ces derniers sont plus longs que les autres paires. L’abdomen est composé de 10 segments. Cette partie se rallonge au fur et à mesure que l’insecte se gave de sang. Par ailleurs, on reconnaît une puce femelle par sa face dorsale plate.

Une puce mesure environ 1,6 mm à 3,2 mm. L’insecte n’a pas d’aile, mais il peut réaliser un saut de plusieurs centimètres. Le parasite doit sa couleur rouge-brun à la couche épaisse de sclérotine qui recouvre son corps entièrement. Elle fait partie de l’ordre des siphonaptères ou des aphaniptères. L’espèce qui parasite l’homme se nomme Pulexirritans. L’espèce est toutefois rare en Europe. La plupart des puces que nous retrouvons au quotidien sont de l’espèce Ctenocephalidesfelis et Ctenocephalidescanis. Ces puces parasitent les chiens et les chats et se transformerons en puce de plancher et en puce de lit lorsqu’elles sortent de l’hôte.

Reconnaître une puce par ses piqûres

La piqûre d’une puce peut être ressentie par la victime. Cela est dû à l’absence de substance anesthésiante pour rendre la morsure indolore. Le parasite peut laisser des marques un peu partout sur le corps. Cependant, les jambes seront les plus touchées par les puces de parquet tandis que les puces de lit vont s’attaquer aux zones non recouvertes durant la nuit. Contrairement aux morsures de la punaise de lit, la puce va se nourrir sans changer de place, si l’hôte reste immobile. La puce attaque également à tout instant lorsqu’elle a faim. Or, une punaise de lit opère uniquement durant la nuit. Outre la démangeaison et les traces de rougeur, la puce est particulièrement dangereuse puisqu’elle peut transmettre un gène pathogène. Le parasite est à l’origine de la peste s’il a déjà mordu un rat malade avant de piquer un individu.

Comment le parasite arrive-t-il à la maison ?

Les puces domestiques proviennent surtout des chats et chiens. Les amis fidèles de l’homme abritent les espèces Ctenocephalidesfelis et Ctenocephalidescanis. Ces puces se nourrissent et se reproduisent sur ces hôtes à poils. Toutefois, les puces ne pondent pas des œufs adhésifs. Ils vont tomber par terre pour former des larves après quelques jours. Une femelle doit se nourrir avant l’accouplement. Elle pondra jusqu’à 20 œufs par jour et 500 œufs au cours de sa vie. Les œufs donneront des larves de couleur translucide après éclosion sur le plancher, le tapis ou le lit. La larve de puce se nourrit de déchets organiques et ne peut pas encore parasiter le chat ou le chien. Celle-ci se transforme ensuite en nymphe en fabriquant un cocon de soie. La nymphe attendra plusieurs jours avant de donner un imago. Sa transformation en adulte est surtout favorisée par un stimulus externe comme les vibrations. Une puce peut vivre 2 semaines environ et elle aura largement le temps de coloniser l’ensemble de la maison durant cette courte période.

La lutte contre la puce

La lutte contre la puce doit d’abord débuter par le traitement de l’animal de compagnie. L’insecte continuera de se proliférer s’il y a un hôte capable de lui fournir une quantité suffisante de sang pour pondre. En dehors de la visite chez un vétérinaire, il est possible d’aider le chien et le chat à se débarrasser des parasites avec un bain quotidien. Il faut prévoir également un collier anti puce pour éviter une éventuelle contamination après le traitement. Après cela, il faut s’occuper du parquet, du lit et des autres zones susceptibles de contenir des larves. Pour cela, il faut directement traiter la partie concernée , avec de l’insecticide spécial puce. L’opération garantit un anéantissement total de la colonie.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: